En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Qui consulter ?

Aujourd'hui, malgré la banalisation de la consultation chez le "psy", la confusion entre les termes de psychologue, psychiatre, psychothérapeute, psychanalyste, ou même psychopédagogue ou psychopraticien règne.
Voilà quelques éclaircissements qui vous permettront de choisir le "psy" le plus adapté à votre demande. La règle d’or est de ne pas hésiter à aller voir quelqu’un d’autre si vous ne vous sentez pas en confiance ou respecté.

 

Le psychologue


Celui qui vous reçoit est un psychologue clinicien. Le titre de « psychologue » est protégé par l'État (loi n° 85-772 du 25 juillet 1985) et s'acquiert grâce à l'obtention d'un master 2 de psychologie (anciennement DESS), après un minimum de 5 années d’études universitaires et de stages professionnalisant en institution. Cette formation, centrée sur la compréhension du psychisme et du comportement humain, lui permet d'allier des qualités d'écoute et des connaissances théoriques pour intervenir face à la souffrance et au mal-être.
A ne pas confondre avec le psychologue scolaire qui a le titre mais pas la même formation. Un psychologue scolaire est un ancien instituteur qui a fait un stage éducation nationale d'un an
Le psychologue clinicien doit être enregistré en tant que tel auprès des Agences Régionales de Santé (ARS, ancienne DDASS) de son lieu d'exercice ; ces dernières contrôlent la validité de son diplôme et lui attribuent un numéro ADELI (équivalent du numéro RPPS des professions médicales et paramédicales). La liste des professionnels habilités à exercer est tenue à la disposition du public.
Un psychologue ne relève pas des professions médicales ni paramédicales. Son exercice n'est pas soumis à prescription et il reste libre de ses choix thérapeutiques. Ses consultations, thérapies et bilans ne font pas à l'heure actuelle l'objet de remboursement. Mais certaines mutuelles proposent des prises en charge. (lien avec l’onglet TARIFS)

 

Le psychiatre
 

Un psychiatre est un médecin spécialisé en santé mentale, exerçant la psychiatrie. Il diagnostique, traite et tente de prévenir la souffrance psychique et les maladies mentales.
Il est un interlocuteur indispensable dans le cas de maladies psychiatriques avérées ou dans le cas de souffrance particulièrement aiguë mettant le patient en danger.
Il peut, à condition d’avoir suivi une formation en parallèle, mener une activité thérapeutique dans le cadre de la prise en charge d’une personne. Il associe souvent le traitement médicamenteux à une aide psychologique. Ainsi, psychologue et psychiatre travaillent ensemble de manière complémentaire.

Grâce à son statut de médecin, il est en effet le seul praticien à pouvoir prescrire des médicaments ou décider d’une éventuelle hospitalisation et ses séances sont prises en charge par la Sécurité Sociale.
Le titre et l'exercice sont protégés par l'État et régulés par l'Ordre des Médecins. Il possède un numéro RPPS.

 

Le psychothérapeute


Le psychothérapeute est spécialisé dans l’aide à autrui en adoptant une méthode déterminée (psychanalyse, hypnose, écoute Rogerienne, thérapie cognitivo-comportementale, familiale...), ou en associant différentes méthodes, ce qu'on appellera les thérapies multiréférentielles.
Il n’y a pas de diplôme de psychothérapeute mais ce titre est désormais protégé en France par le décret du 20 mai 2010 (amendement Accoyer) à l’instar de celui de psychologue ou de psychiatre.
Depuis, toute personne qui se prétend « psychothérapeute » est censée s'enregistrer auprès de l'ARS de son département à qui elle doit apporter la preuve qu'elle remplit les conditions pour l'obtention du titre. Ceci est certifié par l'obtention d'un numéro ADELI.
À noter : les psychologues cliniciens, pouvant justifier d'un stage clinique de 500 h dans un établissement agréé par l'État (structures publiques ambulatoires ou hospitalières), et les psychiatres disposent de droit de ce titre. Les anciens psychothérapeutes et psychanalystes peuvent faire valoir leur ancienneté pour obtenir une dérogation. Tout autre professionnel est tenu de se conformer aux exigences de formation théorique et clinique des ARS pour pouvoir utiliser le titre.

 

Le psychanalyste


Le psychanalyste propose au patient une analyse en profondeur afin de comprendre le fonctionnement inconscient de sa personnalité acquise depuis l'enfance.
« Psychanalyste » n'est pas un titre et ne fait l'objet d'aucun diplôme. Le psychanalyste s'est normalement en premier lieu soumis à une longue analyse, condition sine qua non pour faire le point sur son histoire et être au clair sur ses propres enjeux inconscients, afin de mieux repérer et saisir les phénomènes inconscients chez ceux qu'il accompagne.
Un psychanalyste a également suivi une formation dispensée par une école de psychanalyse reconnue, comme la Société Psychanalytique de Paris (SPP). Cependant, pour l'instant, aucun texte de loi ne protège cette fonction qui peut être revendiquée par des personnes ne possédant pas les compétences requises. C'est pourquoi, avant de consulter, il convient de s'assurer que le psychanalyste appartienne bien à une École reconnue.
Enfin, il est nécessaire que le psychanalyste se soumette, surtout à ses débuts, à une supervision (aussi appelée « contrôle ») auprès d'un psychanalyste plus expérimenté que lui et / ou de confrères, en individuel ou en groupe.
La majorité des psychanalystes sont également psychiatres ou psychologues mais peuvent aussi provenir de filières tout à fait différentes.
Il n'a aucune obligation d'enregistrement d'aucune sorte. Il n'a donc pas de numéro ADELI.

 

Le psychopédagogue


« Psychopédagogue » n'est pas un titre. Ce métier, aux confins de la pédagogie et de la psychologie, peut être exercé par des pédagogues, des éducateurs et enseignants spécialisés, des psychologues, des psychanalystes, des psychomotriciens…
Il propose une rémédiation des troubles des apprentissages et du développement ainsi qu'un accompagnement positif auprès des enfants et des adolescents. Il intervient en cas de difficultés scolaires (précocité intellectuelle / douance, phobie scolaire, troubles « dys »…) ou encore en cas de troubles du développement et du comportement, troubles du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)…

 

Le psychopraticien


Contrairement à ce que la dénomination laisse penser, un « psychopraticien  » n'est pas issu de Psycho Prat' (laquelle forme des psychologues).
« Psychopraticien » est un terme qui tend de plus en plus à être adopté par ceux qui ne peuvent (ou ne veulent) souscrire au cadre légal quant à l'obtention du titre de psychothérapeute.


 

Mon petit plus

  • Consultations à votre domicile
  • et à distance

Me contacter

Séverine Hanot

Tél. : 0519881448
Mobile : 06 78 11 29 36
Mail : severine.hanot@yahoo.fr